Aside

Contrôle technique : une nouvelle réglementation en 2018.

La nouvelle réglementation du contrôle technique entrera en vigueur le 20 mai 2018. Ce nouveau contrôle portera sur 153 défauts supplémentaires soit 606 en tout. 127 points dit de "défaillance critique" devront être réparés dans les 24 heures qui suivent le contrôle.

Accueil > Articles > Contrôle technique : une nouvelle réglementation en 2018.

Même si les automobilistes sont devenus des habitués du contrôle technique depuis le 1er janvier 1992, il y a fort à parier que les modifications apportées à l'épreuve feront beaucoup parler. En effet, à compter du 20 mai 2018, les points à vérifier lors du contrôle technique vont augmenter, au même titre que le nombre de défaillances. Nous vous proposons donc de découvrir les conséquences de ces nouvelles dispositions, ainsi que quelques informations qu'il est important d'avoir en tête afin d'éviter de mauvaises surprises.

Qu'est-ce qui justifie ces nouvelles mesures ?

Nous sommes en 2011 lorsque la Commission de Bruxelles décide de réduire, à l'horizon 2020, le nombre de victimes sur les routes de l'Union européenne. Cette mesure, rendue publique en 2014, était en réalité une première étape marquant la volonté des États européens d'harmoniser le contrôle technique sur le continent et de rendre ainsi les routes plus sûres pour les usagers. Par conséquent, le contrôle technique français évolue et ce sera le cas également dans d'autres pays européens afin d'arriver à terme à un contrôle technique harmonisé entre tous les états de l'union européenne. Le contrôle technique devra toujours être réalisé dans le pays où est immatriculé le véhicule concerné.

Le contrôle technique va se durcir.

Une chose est évidente, lors du contrôle technique votre véhicule sera exploré d'encore plus près. Avec la nouvelle réglementation, nous passons de deux catégories de défaillances à trois, la catégorie des « défaillances critiques » voit donc le jour :

Nouveau contrôle technique 2018.

Outre l'augmentation du nombre de catégories, la durée de l'examen va également être prolongée puisqu'il y a plus d’éléments à contrôler. Ceci se traduira certainement par une augmentation du coût du contrôle technique et de la contre-visite. Pour l'instant nous n'avons aucune information à ce sujet.

Les contraintes pour l'automobiliste.

Cette nouvelle réglementation prendra effet à partir du 20 mai 2018, et elle présente des dispositions plus rigides vis-à-vis des automobilistes. Par exemple, les voitures qui présenteront une défaillance critique devront être réparées le jour même de la détection du défaut. Dans le cas contraire, le véhicule devra être tout simplement immobilisé. Si le conducteur décide de continuer à rouler avec le véhicule, il sera dans l'illégalité, s'exposant ainsi à une contravention de 4éme classe dont le montant de l'amende est de 135€, minorée à 90€ et majorée à 375€.

Bien évidemment, le cas des défaillances critiques de ce nouveau contrôle technique peut se présenter plutôt comme une aubaine pour certains réparateurs. Ces derniers pourraient jouer sur les tarifs de certaines prestations, en raison de l'urgence dans laquelle se trouveront quelques-uns de leurs clients. Soyez donc prudent à ce sujet. Au vu des statistiques sur les défauts rencontrés, 3 à 5% des véhicules pourraient être concernés par cette catégorie de défaillance.

Néanmoins, les défaillances critiques sont les points les plus importants pour la sécurité et la plupart d'entres eux peuvent être vérifiés par vous-même avant d'emmener votre véhicule au contrôle technique. Si la mécanique n'est vraiment pas votre truc, faites vérifier ces points importants par un professionnel avant le contrôle officiel, afin de repérer au plus tôt les probables défaillances et de les corriger s'il y en a.

Si sur un même véhicule, il est constaté une ou des défaillances critiques (à corriger sous 24 heures) et une ou des défaillances majeures (à corriger sous 60 jours). L'automobiliste pourra corriger les points critiques sous 24 heures pour pouvoir profiter de son véhicule et corriger les défaillances majeures dans un second temps, sans toutefois dépasser le délai de 60 jours.

les défaillances critiques du nouveau contrôle technique 2018.

Le gouvernement à cheval sur la sécurité routière.

La question de la sécurité routière est un point que les gouvernements successifs semblent avoir à cœur. Ainsi, les nouvelles dispositions concernant le contrôle technique ne sont pas les seules mesures prises dans le but de réduire le nombre de victimes des accidents de la route. Petit à petit, la gestion des radars mobiles vont être confiés aux privés, les entreprises doivent dénoncer le conducteur du véhicule, depuis le 1er janvier, les conditions d'octroi du permis de conduire ont été revues et toujours dans cet effort, au 1er juillet la vitesse sera abaissée à 80 km/h sur les départementales et nationales sans équipements de sécurité en les deux voies. Il ne reste donc plus qu'à attendre le mois de mai pour constater comment le public accueillera ces nouvelles exigences liées au contrôle technique, et surtout les répercussions que ces exigences auront sur les habitudes de chacun.

Publié le 25-01-2018 : dernière mise à jour le 26-01-2018.