Aside

L'infrarouge va équiper les radars fixes et mobiles.

Les contrôles de vitesse réalisées par les radars fixes et mobiles vont se faire beaucoup plus discret dans les semaines qui viennent. En effet, l'utilisation d'une technologie infrarouge à la place des flashs lumineux habituels va les rendre beaucoup moins repérables.

Accueil > Articles > Les radars fixes et mobiles sans flash.

Les mesures pour lutter contre les excès de vitesse sur les routes s’enchainent en cette fin d’année 2010. Alors qu’il y a à peine quelques semaine, le gouvernement annonçait le remplacement progressif des panneaux indiquant la présence d’un radar par des panneaux indiquant l’entrée dans une zone de « contrôles radars fréquents », c’est aujourd’hui une nouvelle mesure concernant la méthode du flash qui a été annoncée : l’arrivée de l’infrarouge dans les contrôles de vitesse.

La différence entre le flash et l’infrarouge.

Radar sans flash.

A l’heure actuelle, comme dans tout bon appareil photo, les radars fixes et mobiles envoient une lumière au moment même où ils prennent une photo, pour que celle-ci soit le plus claire et le plus nette possible : c’est ce qu’on appelle le flash. Cependant, avec le développement des nouvelles technologies, une nouvelle technique vient d’être mise au point et récemment homologuée : le système infrarouge. Grâce à ce nouveau système, plus besoin d’envoyer de flash, la photo est prise sans aide extérieure. Cette nouvelle méthode permet d'ailleurs d'obtenir des clichés bien plus nets, ce qui résoudra les problèmes de reflets dû au flash que rencontrent parfois les forces de l’ordre lors d’infractions, et qui rendent les clichés totalement inexploitables. (Si c'est un bon point pour la police, c'est par contre une occasion de moins pour les automobilistes d’échapper à une contravention.)

Des changements de comportements.

Ces contrôles de vitesse plus discrets devraient entraîner un changement de comportement sur la route. Tout d’abord, sans ce flash qui apparait soudainement dans le champ de vision, les automobilistes n’auront plus ce réflexe instinctif de freiner : en plus d’être inutile, les freinages trop brusques pouvaient également s’avérer dangereux pour tous les véhicules circulant derrière celui commettant l’infraction. Par ailleurs, sans cette indication visuelle, les conducteurs ne sauront plus lorsque leur infraction aura été repérée, et n’auront donc plus idée de la perte de points à laquelle ils viennent de s’exposer. De ce fait, et c’est que le gouvernement et la Sécurité Routière espèrent, toutes ces inconnues et cette incertitude pourraient pousser les automobilistes à adopter un comportement plus raisonnable sur la route, et à respecter plus régulièrement les limitations de vitesse.

Les forces de l’ordre bientôt équipées.

Ce nouveau système à infrarouge commencera à équiper les radars à partir de 2011. Et tous les radars sont concernés, qu’ils soient fixes, automatiques, ou mobiles. D’ailleurs, cette nouvelle technologie ne nécessite pas de remplacer le matériel déjà existant : elle s’adapte aux radars déjà présents sur les route et aux radars dont sont équipés les forces de l’ordre, ce qui devrait grandement faciliter son utilisation. Avec des contrôles routiers moins repérables, on devrait s’attendre, dans les mois à venir, à une augmentation du nombre de points perdus pour des petits excès de vitesse (même si à l'heure actuelle, ce genre d’infraction représente déjà 90% des infractions constatées par les radars fixes automatiques).

Publié le 08-09-2010 : dernière mise à jour le 09-12-2015.